Être patient dans sa pratique

 


Être patient dans sa pratique

par Jean-Sébastien Georges

La patience n’est certainement pas une vertu qui semble particulièrement à la mode ces temps-ci. De nos jours nous changeons d’emploi, de conjoint(e), de voiture, de décoration, de vêtements, d’activités et ce, à volonté. Même notre organisation sociale nous permet de le faire de plus en plus facilement. Notre rythme de vie est de plus en plus rapide, les technologies sont plus performantes et on semble plus que jamais chercher la façon de faire la plus rapide et moins exigeante pour arriver aux résultats escomptés. Des tonnes de méthodes dites miracles apparaissent sur le marché et elles sont aussi attirantes les unes que les autres. Il est facile d’y croire.

Dans la pratique des arts martiaux et dans les autres pratiques, bâtir ses bases prend du temps et c’est souvent peu excitant. Par contre, tous les bons entraîneurs vous diront qu’il est nécessaire d’avoir une bonne fondation pour bâtir un édifice solide et durable. C’est le même cas dans tous les domaines : arts, sports, commerce, etc. C’est particulièrement le cas dans la pratique d’exercices qu’on peut qualifier d’internes ou introspectifs. Par exemple, pour installer un changement durable au niveau de notre posture nous devons y passer du temps. Maintenir des postures est une façon efficace, ce qui peut être parfois un peu souffrant ou ennuyant, mais si bénéfique. Les changements ne se produisent pas en une séance, mais après plusieurs heures de pratique. Pour arriver à changer profondément notre manière d’être nous devons arriver à nous calmer pour s’auto-évaluer et induire des modifications douces, mais de façon soutenue.

Tous les bons entraîneurs vous diront qu’il est nécessaire d’avoir une bonne fondation pour bâtir un édifice solide et durable.

Une posture bien connue dans le mode des arts martiaux est celle de l’arbre. Il s’agit d’être debout, les pieds largeur des épaules, le dos droit et les bras qui simulent d’embrasser un arbre. Cette posture est pratiquée dans plusieurs arts martiaux. Nous semblons être immobiles, mais en fait nous faisons plusieurs micro-ajustements. Nous maintenons cette posture de 20 à 60 minutes, pour permettre au corps de trouver le calme d’identifier les zones de tension, les dissoudre et ainsi repositionner le corps d’une meilleure façon et éventuellement modifier notre façon de bouger en utilisant les muscles profonds, alignant correctement notre corps et éliminant le travail de muscles superflus.

Faire 5-10 respirations à votre cours du lundi, c’est bien, mais cela ne changera pas votre façon de respirer. Méditer pendant 5 minutes vous calmera un peu, mais le changement risque de ne pas être à long terme. Répéter un exercice 10 fois à raison de 2 fois par semaine ne modifiera pas votre mouvement. Il faut être réaliste et honnête. Ce sera mieux que rien, on peut l'espérer!

Nous avons tendance à focaliser sur les résultats plutôt que sur le processus. Pourquoi s’empresser d’arriver à la fin? Dans une pratique de perfectionnement de soi, c’est l’expérience du travail qui nous change à l’intérieur et non pas l’atteinte du résultat. Apprenons à apprécier l’expérience tout en tendant vers le meilleur résultat possible.

On me demande souvent combien de temps cela va prendre… Ça, c’est individuel et l’expérience de l’un n’est pas l’expérience de l’autre. Nous sommes tous différents et notre corps apprend à une vitesse différente. Encore une fois ce n’est pas le résultat qui compte. En focalisant sur le processus, toute expérience devient positive, ce qui n’est pas nécessairement le cas avec le résultat. Les choses n’arriveront pas seules, nous devons faire le travail qu’il y a faire pour soi. C’est assurément un des éléments qui manque dans la réussite.

Soyez patient et les résultats viendront. Il n’y a pas de miracle, mais une chose certaine, ce n’est que dans l’action que nous augmentons nos chances de réussir.

Bonne pratique !

 

Jean-Sébastien Georges
Fondateur de Dojo Évolution
www.dojoevolution.ca

 

 

À propos de Jean-Sébastien

Jean-Sébastien Georges cumule 30 années de pratique, de recherche, d'enseignement, mais le plus important, d'apprentissage en continu des arts martiaux. Il a toujours été attiré par l'activité physique et ce, depuis son tout jeune âge. Il est passionné par tout ce qui touche au mouvement, à l'énergie, à l’entraînement, à la santé et au développement du potentiel humain. Il débute sa pratique des arts martiaux à 7 ans sous la supervision de son père et professeur Claude Georges. Il a participé avec succès à plusieurs compétitions au Canada et aux États-Unis de 1988 à 1999. En 1995, il obtient sa ceinture noire 1er Dan et débute sa carrière d’enseignant junior. Par la suite, il obtient son 2e Dan en 1999, commence à enseigner de façon autonome à l’an 2000 au Centre d'Études des Arts Martiaux/Énergitek et ce jusqu'en 2018. En 2003, il débute des études en kinésiologie à l’Université de Montréal qui lui donneront une meilleure compréhension de la science du mouvement et complète un Bacc en Communications à l’UQAM en 2008. Pendant ses années universitaires, il travaille dans des clubs de nuit où l'expérience acquise sur le terrain en gestion de comportements agressifs/interventions physiques constitue un précieux actif pour son enseignement. Depuis il partage son temps entre sa passion pour les arts martiaux et son travail dans le domaine des ressources humaines. Il a enseigné à des centaines d'élèves de tous âges et clientèles variées : enfants, adolescents et adultes. Il a donné différentes formes de cours : privés, groupes, stages, fins de semaine intensives, autodéfense pour femmes seulement, réhabilitation d’agents de la paix et post-accidents. Au cours de ses années de pratique Jean-Sébastien a exploré plusieurs arts martiaux et méthodes corporelles dont : Énergitek, Karaté Shotokan, Yi Quan, Chi Gong, Tai Chi Chuan, Systema, Xing Yi Quan, Jiu-Jitsu Brésilien, Arts Martiaux Mixtes, Yoga, Movnat, etc. Il se forme constamment auprès des experts et partage le fruit de son travail avec des gens intéressés à le recevoir. En 2018, il complète sa certification d’entraîneur de la méthode Movnat (mouvements naturels) qui l’intéressait depuis plusieurs années. Il fonde finalement Dojo Évolution en 2018 et y enseigne sa méthode synthèse.


Crédit photo

https://unsplash.com/

Close

50% de complété

Abonnement gratuit

Quand tu auras cliqué sur 'S'abonner', tu recevras un courriel grâce auquel tu pourras récupérer ton magazine.