Entrevue avec FitnessFAQs (français) - Simon Hamptaux

En mai dernier, Simon Hamptaux (cofondateur du Magazine du Mouvement!) a eu la chance de rencontrer Daniel Vadnal, celui grâce à qui il a débuté la callisthénie. Daniel est un athlète de callisthénie depuis plusieurs années. Également physiothérapeute, il partage des conseils sur cette pratique depuis maintenant 10 ans sur sa chaîne YouTube, Fitness FAQs, qui compte à ce jour plus de 800 000 abonnés. On vous présente aujourd’hui un extrait de l’entrevue vidéo que Simon a réalisée avec lui.*

Si vous voulez écouter l'entrevue vidéo complète, rendez-vous ici : https://www.youtube.com/watch?v=xi-Vg8E1Ih4&t

*Daniel est anglophone, donc cette transcription est une traduction de l’anglais.


 

S.H. : Je suis tellement heureux de te rencontrer, c’est très significatif pour moi. Comme je te disais, c’est grâce à toi que j’ai commencé la callisthénie et à faire des vidéos sur YouTube. Alors c’est vraiment significatif pour moi d’être avec toi aujourd’hui et de pouvoir t’interviewer.

D.V. J’apprécie que tu aies fait la route pour venir me voir à Montréal. J’ai eu beaucoup de plaisir à m’entraîner et à partager quelques repas avec toi.

S.H. : J’ai préparé quelques questions pour toi, alors allons-y! D’abord, pourquoi la callisthénie?

D.V. Parce que mon introduction à l’entraînement s’est faite par le parkour. J’ai été exposé à l’entraînement au poids du corps dès le début et cette introduction a été le déclencheur d’un amour pour l’entraînement. J’ai découvert que j’aimais plus le côté ‘conditionnement’ que le côté ‘mouvement’ du parkour. Ç’a été l’introduction et ensuite j’ai seulement continué à progresser, à apprendre. J’ai toujours aimé le fait de bouger mon corps dans l’espace. J’aime le sentiment et la puissance que la callisthénie me procure, ainsi que les changements, autant en terme de force que d’apparence physique.

S.H. Donc tu as commencé la callisthénie pour améliorer ta pratique du parkour et pour être plus fort, mais ensuite la callisthénie a pris le dessus?

D.V. Exactement, parce que le parkour demande un bon niveau de force dans les jambes pour faire les différents sauts, pour passer au-dessus des murs, ce qui permet de pratiquer des mouvements qui ressemblent aux pull-ups et muscle-ups, donc le transfert s’est bien fait.

S.H. Je vois. Alors tu as répondu à la prochaine question. J’allais te demander de me parler de la vie avant la callisthénie. J’en déduis que c’était le parkour, avant?

D.V. Oui, le parkour, auparavant. Quand j’étais à l’école, je ne faisais pas vraiment de sport, jusqu’à ce que je sois plus âgé. J’ai fait du football australien, et j’ai beaucoup aimé, mais les risques de blessure avec ce sport sont très élevés. J’ai seulement joué pendant un an. Il y avait un bon esprit d’équipe, c’était un sport très physique, mais ça m’aurait potentiellement empêché de réussir l’équilibre sur les mains et de faire de la callisthénie. J’ai donc dû choisir : Est-ce que je continue le football australien et je deviens un athlète ou bien je pratique et j’enseigne mondialement la callisthénie. Et j’ai choisi la callisthénie.

S.H. Depuis combien de temps pratiques-tu la callisthénie?

D.V. J’ai débuté en 2009 et c’est au même moment que j’ai commencé à travailler l’équilibre sur les mains... Donc 10 ans. Le temps file! J’avais 17 ans à l’époque et j’aurai 27 ans cette année.

S.H. Et tu as lancé ta chaîne YouTube quand tu avais 17 ans?

D.V. Pour ceux et celles qui sont de vrais de vrais fans, ils auront connu ma toute première chaîne, qui s’appelle Conditioning Daniel, et elle date probablement de 2008.

S.H. La chaîne s’appelle Conditioning Daniel?

D.V. Oui! Et la chaîne pour laquelle la plupart des gens me connaissent, FitnessFAQs, existe depuis 2010. Ça fait longtemps... C’était très tôt dans l’ère des médias sociaux, peu de gens le faisaient. Je suis vraiment reconnaissant d’avoir commencé quand je l’ai fait et d’avoir eu la chance de continuer à apprendre et à grandir, autant sur les médias sociaux qu’en tant que personne.

S.H. À quoi les vidéos de ta première chaîne ressemblaient? C’était plus de la motivation ou plutôt technique?

D.V. Au départ, c’était un journal d’entraînement qui me permettait de documenter mes progrès pour la montée à l’équilibre en force, le nombre de répétitions et de séries que je pouvais faire pour les mouvements de base. Je le faisais pour moi, mais ça m’a donné la chance de partager mon contenu et de connecter avec de nouvelles personnes qui faisaient la même chose que moi.

S.H. Quels conseils donnerais-tu au Daniel de 17 ans qui vient de commencer la callisthénie?

D.V. Je me dirais de ne pas compliquer les choses, de ne pas trop m’en faire, d’essayer de me concentrer sur la base. Je me suggèrerais d’être aussi constant que possible et de me concentrer sur certains exercices précis. Finalement, je me dirais : Ne te laisse pas distraire et parfois, moins c’est mieux. 

S.H. Wow, tout à fait. T’es-tu déjà blessé en faisant de la callisthénie? Si oui, quelle blessure a été la pire?

D.V. Je n’ai jamais eu de blessure majeure due à la callisthénie, j’ai plutôt eu des douleurs comme une épicondylite médiale (golfer’s elbow) et des entorses aux poignets à force de pratiquer l’équilibre sur les mains. J’ai aussi eu une petite déchirure de la coiffe des rotateurs en faisant des exercices pour lesquels je n’étais pas préparé. Je crois que je faisais une traction à prise large derrière la nuque (wide grip behind the neck pull-up) et je n’avais pas la mobilité requise pour ce mouvement. La pire blessure que j’ai eue n’est pas reliée à la callisthénie, c’était quand je faisais des squats avant [...] et je n’ai pas bien déposé la barre. Résultat: Blessure au complexe fibro-cartillagineux triangulaire (Triangular Fibro- cartilage Complex – TFCC). Entorse, ecchymoses, 12 semaines de frustration... Ç’a été difficile. Les poignets sont tellement importants en callisthénie!

S.H. Qu’est-ce qui te passionne, mis à part la callisthénie et l’entraînement, que les gens seront surpris d’apprendre?

D.V. Peut-être que les gens ne seront pas si surpris que ça, mais j’adore apprendre, j’adore la lecture. Tout ce qui touche à la philosophie, l’amélioration de soi, la psychologie... C’est probablement mon plus grand intérêt en dehors de l’entraînement et la callisthénie. J’aime aussi beaucoup la photo et la vidéo. [...]

Pour écouter la suite de l'entrevue, cliquez ici.


Suivez Daniel Vadnal

Suivez Simon Hamptaux

Close

50% de complété

Abonnement gratuit

Quand tu auras cliqué sur 'S'abonner', tu recevras un courriel grâce auquel tu pourras récupérer ton magazine.