S'entraîner... Ou s'amuser?

 

Je vais commencer par vous poser deux questions :

  1. Et si nous bougions pour d’autres raisons que par obligation?
  2. Et si nous changions notre perspective sur l’activité physique?

Deux bonnes questions qui nous amènent à revoir notre façon de penser face au fait de bouger.

En sachant que :

  • Oui, notre corps a besoin de bouger...
  • Oui, les médecins nous recommandent de bouger…
  • Oui, bouger est évidemment bon pour notre santé…

Peut-on réellement dire que ce sont ces raisons qui nous poussent à bouger plus souvent et plus longtemps? Ou on parle plutôt ici d’obligation et de culpabilité?

Pour moi, l’activité physique est synonyme de beaucoup de choses. Elle est une échappatoire au chaos de la vie qui va beaucoup trop vite. Elle représente un moment pour me connecter à moi-même et, certaines fois, un moment pour me connecter aux autres. Elle est une façon de retrouver la force et la beauté de ce corps que je maltraite si souvent avec des pensées négatives, en le comparant ou en voulant qu’il soit différent. Et oh! combien d’autres choses l’activité physique peut représenter pour moi!

Ce qui m’amène à vous poser une troisième question : Vous vous rappelez ce fameux temps où faire du sport représentait une façon de jouer?

Récemment, j’ai participé à une activité dans la classe de mon fils, où j’ai posé une question toute simple aux enfants : Que faites-vous comme entraînement?

Leur réponse m’a fait beaucoup réfléchir. Chacun d’entre eux commençait leur réponse en disant : « Je joue au… soccer », « Je joue au basketball », « Je joue au baseball », etc.

Aucun des enfants n’a utilisé le mot « entraînement »… Pour eux, bouger est un jeu!

Alors pourquoi ne pas retrouver notre cœur d’enfant quand vient le temps de bouger justement?

Je comprends tout à fait que nos « activités » d’adulte ne soient pas toujours des jeux, mais je me suis tout de même posé la question : Pourquoi ne pas aborder l’activité physique avec les yeux d’un enfant?

Récemment, j’ai commencé à faire du vélo de montagne. Ouf! Que de stress, de peur et de pression! Peur de me blesser, peur de ne pas être bonne, peur de ne pas être à la hauteur, et j’en passe!

Puis, j’ai pensé à mon fils… Et le déclic est venu. Alors le jour où je suis allée avec une amie en vélo dans les sentiers et que nous avons commencé à « jouer », à se donner des défis et à s’encourager, j’ai compris ce que c’était de jouer. Des rires éclatants et des exclamations de fierté résonnaient dans la forêt lorsque nous réussissions un parcours difficile! Quel plaisir nous avons eu!

À ce moment, j’ai mis mon orgueil de côté et je me suis simplement amusée, sans pression et sans obligation. J’ai eu un bon moment, dans la nature, avec un vélo et une bonne amie, tout me permettant de débarquer de mon vélo si je ne le sentais pas.

Le résultat? J’en veux encore!

Vous allez peut-être croire que ce ne sont pas tous les types de sports ou d’activités physiques qui sont propices au jeu. Et bien moi je vous dirais que oui. Chaque possibilité que la vie nous offre est propice au jeu, car ce n’est pas dans la nature même de l’activité physique que nous trouvons notre plaisir, mais plutôt dans notre attitude face à cette activité ou à ce sport.

Avec cette nouvelle perspective, je vous garantis que tout ce que j’ai envie de faire, c’est de retourner jouer encore et encore!

Amusez-vous bien!

 

Dominique Rainville
Kinésiologue, Kinésithérapeute
www.dominiquerainville.com

 


 

À propos de Dominique

Depuis plusieurs années déjà, Dominique Rainville, kinésiologue, professeure de yoga et de spinning, travaille dans le domaine de la santé. Elle a eu l'occasion de rencontrer des gens dans différents contextes ; l'entraînement, la thérapie manuelle, les cours et la formation continue. Du discours de ces gens rencontrés, deux éléments principaux ressortent. D'abord, l'obligation de DEVOIR s'entraîner pour différentes raisons comme, perdre du poids, pour être en santé ou pour développer la force musculaire. Le deuxième point soulevé est celui de la culpabilité. Celle de ne pas en faire assez, de ne pas être à la hauteur ou de ne pas persévérer. Sentiment vécu autant dans l'activité physique que dans la vie quotidienne! Ce joint à tout ça le manque de plaisir à l'entraînement, « je n'aime pas ça, mais il faut que je le fasse. » S'ensuit alors baisse d'estime de soi, manque de confiance et perte de motivation. Un cycle qui s'enclenche et difficile à arrêter. L'idée de Dominique? Tenter de voir l'activité physique différemment. Si, à la place de faire les choses par obligation, nous trouvions ensemble une activité qui fait du bien tout simplement, peu importe le nombre de calories dépensées? Peu importe l'effort fourni? L’objectif de ce projet est de (re)donner l’envie aux gens de bouger pour les bonnes raisons. De bouger dans le plaisir et la joie pour cheminer vers l’acceptation de soi.

Pour rejoindre Dominique

www.dominiquerainville.com
https://www.facebook.com/dominiquerainvillekinesiologue/
https://www.instagram.com/dominique.rainville/

Close

50% de complété

Abonnement gratuit

Quand tu auras cliqué sur 'S'abonner', tu recevras un courriel grâce auquel tu pourras récupérer ton magazine.